Cam Dewoods : « la course à pied a toujours été une sorte d’exutoire »

Connaissez-vous Camille, alias @cam_dewoods sur les réseaux sociaux ? Cette passionnée d’outdoor a quitté Paris pour rejoindre les Alpes et pratique maintenant de nombreuses activités telles que le trail, la randonnée, le kayak, les raquettes ou même le ski de fond. Aujourd’hui entrepreneuse, elle mène une vie à 100km/h en menant de front ses activités professionnelles et une pratique intense des sports de plein air. Notre ambassadrice des #42 Healthy Running Days, vous dévoile son quotidien.

Comment t’es-tu mis à la course à pied ?

Je n’étais pas une grande sportive à l’origine ( bon je ne le suis toujours pas « grande » mais éclectique ) et surtout je n’aimais pas ça. Ce n’est que lorsque j’ai fait ma formation de réserviste dans l’armée de l’air, où l’on se levait à pas d’heure pour courir, dans le froid, avec nos petits shorts que là je me suis découvert un réel plaisir pour le dépassement de soi et la course à pied. Ensuite j’ai continué à trottiner par ci, par là, même si pendant mes études j’étais plutôt adepte des ravitos mojitos. Jusqu’à ce que je me fasse embarquer par un pote dans une inscription marathon. Je suis passé de 2-3 footing à des programmes d’entraînement, des objectifs et des challenges toujours plus impressionnants et j’ai fini par surtout me mettre au trail.

Comment pourrais-tu décrire ta pratique aujourd’hui ?

Honnêtement…chaotique. Le premier confinement est arrivé au tout début de ma prépa pour la CCC. A ce moment je me faisais presque 60km par semaine, j’étais à fond, j’en chiais aussi un peu mais faire 20km tous les dimanches ne me dérangeait pas. Puis il y a eu cette situation anxiogène, la culpabilisation qui a été mise sur les joggers, l’annulation des courses, la flemme…bref rien de très motivant. J’ai commencé à m’y remettre mais avec l’aventure de l’entreprenariat, l’enchaînement couvre-feu / confinement et tutti quanti et sans avoir de vrais challenges j’ai vraiment beaucoup de mal à avoir un rythme et une motivation. C’est pas glop, j’aimerais bien retrouver un rythme sportif car cela fait parti de mon équilibre et de mon hygiène de vie… et je réfléchis à me faire un défi off cet été.

Quant on te voit sur les réseaux, ton énergie et ta joie de vivre transparaissent. Quelles sont selon toi les clés du bonheur ?

C’est la magie des réseaux ! Les clés du bonheur je les cherche encore et je pense que c’est le boulot d’une vie.  Mais je suis beaucoup plus alignée avec mon quotidien, mes valeurs et qui je suis maintenant. Je pense que chacun doit trouver ce qui lui correspond et ce qui marche pour son voisin ne sera pas forcément son idéal de vie. Je sais que pour moi, le fait d’avoir pris énormément de recul sur la société de consommation et de passer le plus de temps possible dans la nature (quand je ne suis pas derrière mon pc sur outtrip) a été une véritable révélation. Alors le bonheur pour moi serait d’être et non pas avoir, de prendre des risques, de se faire confiance et surtout de revenir à ce qui est vraiment essentiel pour soi.

outtrip

Tu as une vie à 1000km/heure, la course à pied est-elle un exutoire pour gérer ton stress au quotidien ?

La course à pied a toujours été une sorte d’exutoire, un moment où je canalise aussi mon trop plein d’énergie, où je me vide la tête. Mais à certaines périodes, ça a été aussi un facteur de pression assez nocif car je me mettais la barre très haute pour atteindre mes objectifs. Et du coup j’enchaînais des semaines de barge, j’enfilais mes chaussures, et ce qui devait être mon moyen de décompression se transformait en une pression supplémentaire (parce que je n’atteignais pas le chrono, l’objectif…).

Tu as créé Outtrip, une plateforme communautaire pour les passionnés d’outdoor. Peux-tu nous en dire plus ?

En tant que pratiquante de sports outdoor ( randonnée et trail, mais aussi ski de fond, paddle…) cela fait longtemps que je constate à quel point il est compliqué de trouver certaines infos. Au départ j’ai donc simplement créé une communauté de passionnés tous sports confondus, pour casser les clivages, les stéréotypes, permettre aux personnes de se rencontrer peu importe la région etc. 

Outtrip est donc à l’origine une plateforme digitale (lancée en 2020) qui permet à tous les passionnés de sports outdoor de se rencontrer, de partager leurs itinéraires et conseils préférés pour vivre des émotions plus fortes. Quel que soit leur niveau ou leur pratique. Nous réfléchissons actuellement aux améliorations pour proposer une plateforme encore plus interactive et complète.

Les fonctionnalités à date sont : 

  • Les outtrip : (faire) découvrir les itinéraires et spots de sa région à la communauté
  • Les outtripeurs : rencontrer d’autres passionnés, échanger via la messagerie
  • Le forum et le mag : du contenu et des conseils bienveillants

Nous proposons aussi pour fédérer notre communauté : 

  • Les évènements & challenges physiques et digitaux ( plutôt digitaux ces derniers mois )
  • Une collection textile, que nous réfléchissons actuellement à l’agrandir
Quelle est l’aventure qui a été pour toi la plus marquante ?

Sans aucun doute mon chemin de Compostelle. J’ai tout de même écrit un livre de plus de 400 pages ^^ Ça a été une aventure sportive mais surtout humaine incroyable qui a vraiment bouleversé ma vie. J’avais déjà plus ou moins consciemment réalisé certaines choses, mais le fait de prendre du recul pendant 40 jours et de me débarrasser de tout le superflu a fait un effet boom.

Tu as une pratique sportive intense, as-tu une routine spécifique pour récupérer ?

Quand je m’entraîne « pour de vrai » je fais attention à la récupération. J’essaie de me masser avec de l’huile d’Arnica par exemple, de faire des étirements et surtout de prévenir les bobos avec des huiles essentielles spécifiques ou des synergies. Je bois aussi naturellement beaucoup (que de l’eau maintenant, fini les mojitos). 

Tu utilises les huiles essentielles, penses-tu qu’il s’agisse d’un indispensable pour les runners ?

Carrément ! J’ai écrit tout plein d’articles là-dessus, dont un sur les huiles essentielles indispensables aux sportifs. J’utilise beaucoup les HE pour booster mes défenses immunitaires ( ravintsara ) ou pour soigner mes inflammations et entorses à répétition ( immortelle et katrafay) mais aussi pour les maux de tête etc. Je suis une grande convaincue et j’adore ça MAIS il faut aussi faire très attention…certains confondent huiles essentielles et la tisane au thym de mamie alors que certaines sont vraiment très très puissantes et qu’il vaut mieux se renseigner sur les contre-indications et  tester à petite dose

Pourquoi avoir accepté d’être ambassadrice des #42 Healthy Running Days ?

Je pense qu’il est primordial de remettre la santé au centre du sport. On a tendance à l’oublier lorsque l’on se laisse emporter par les défis, les chronos, les kilomètres etc etc mais courir est avant tout possible grâce à la merveilleuse machine qu’est le corps humain et comme la chaîne de mon vélo que j’oublie très souvent de graisser, si on en prend pas soin il finit par rouiller.

 

Télécharger l’application