Les vêtements de compression sont-ils utiles ?

Les vêtements de compression ont pris un place importante dans le monde sportif, que ce soit pour leur confort, leur attrait esthétique ou leur fonction psycho-physiologique. Ils sont censés améliorer la performance, réduire le risque de blessure et favoriser la récupération. Cependant, qu’en est -il réellement ?

 

Qu’est-ce qu’un vêtement de compression ?

Les vêtements de compression sont des vêtements serrants et compressifs, souvent faits d’élasthanne et de nylon. Ils sont non seulement portés par les sportifs dans le but d’améliorer leurs performances et leur récupération, mais également portés en abondance par les amateurs de fitness.

En dépit de ce phénomène médiatique et de l’acceptation généralisée des vêtements de compression comme un outil efficace d’amélioration de la performance et de la récupération, seule une petite quantité de recherches soutiennent leur utilité, avec de nombreuses incohérences méthodologiques.

 

Les vêtements de compression améliorent-ils les performances et la récupération ? 

Effets sur la réponse inflammatoire

Les effets des douleurs musculaires suite à un exercice intense sont très bien documentés, cependant, le mécanisme principal responsable de ce phénomène n’est pas encore entièrement compris. Alors que certains croient que les douleurs musculaires résultent de la perturbation des fibres musculaires et des tissus environnants (2), d’autres croient qu’elles sont associées à la réponse inflammatoire (3). La théorie la plus réaliste est peut-être une combinaison à la fois de la perturbation des fibres musculaires des tissus environnants et des effets associés à la réponse inflammatoire (4).

 

 

La réponse inflammatoire est un processus qui suit les dommages tissulaires causés par une activité intense. Cette réponse conduit à une augmentation de la pression osmotique / gonflement, sensibilisant ainsi les nocicepteurs (récepteurs de la douleur) et provoquant les sensations de douleur (5). On pense que le port de vêtements de compression exerce une pression externe sur le corps, diminue ainsi la pression osmotique et réduit l’espace disponible pour le gonflement et l’hématome. Une réduction de la pression osmotique peut ainsi diminuer la réponse inflammatoire et l’expérience de la douleur (1). Cependant, en raison d’un manque actuel de preuves, cette théorie reste encore incertaine.

 

Effet sur la créatine kinase

La créatine kinase (CK) est un biomarqueur bien connu des dommages musculaires (6). L’utilisation de vêtements de compression s’est avérée être un outil efficace pour réduire la concentration de CK après l’exercice (1). Cette réduction de la concentration de CK a été liée à une diminution de la libération de CK dans la circulation sanguine, à une meilleure élimination des métabolites (déchets) et à une réparation améliorée du tissu musculaire (5, 7).

Il est ainsi suggéré que les vêtements de compression peuvent améliorer la circulation en améliorant potentiellement la fonction de «pompe musculaire», mais cela reste encore hypothétique (7). Si cela devait être vrai, les vêtements de compression pourraient entraîner une augmentation du retour veineux, ce qui faciliterait l’élimination des métabolites et, par conséquent, expliquerait la diminution des concentrations de CK. Il est néanmoins important de noter qu’il existe de grandes incohérences dans les preuves actuelles – certains évoquent que les vêtements de compression peuvent réduire les concentrations de CK, et d’autres n’évoquent aucun changement (8, 9).

Bien qu’il existe une variété de mécanismes considérés comme responsables de la réduction de la perception des douleurs musculaires et des concentrations plus faibles de CK post-exercice après l’utilisation de vêtements de compression, il a été démontré que la force et la puissance musculaire récupèrent plus rapidement avec l’utilisation de vêtements de compression.

 

Effet sur la fonction cardiovasculaire

Il a été montré que les vêtements de compressions ont très peu d’effet sur la fréquence cardiaque sous-maximale ou maximale (7, 10), et sur les concentrations plasmatiques sous-maximales et maximales de lactate (7, 11). Ainsi, alors qu’il est évident que les vêtements de compression n’ont aucun avantage sur la distribution et l’utilisation de l’oxygène pendant l’exercice, il existe des preuves suggérant qu’ils peuvent améliorer l’économie de fonctionnement sous-maximale (12).

Une étude a montré que l’utilisation de vêtements de compression améliorerait le coût en oxygène de la course (économie de course) d’environ 9% à des vitesses de 10, 12, 14 et 16 km.h-1 (12). Cependant, comme il a été démontré que les vêtements de compression n’ont aucun effet sur la réponse cardiovasculaire (7, 11), les vêtements de compression pourraient améliorer l’économie de course en augmentant la proprioception, la coordination musculaire et la force propulsive (12).

 

Effet sur la proprioception et les oscillations musculaires

Les recherches ont montré que les bandages de compression peuvent améliorer la proprioception par la pression externe agissant sur les récepteurs cutanés, améliorant ainsi les capacités proprioceptives (13, 14). Bien que ce soit une possibilité, à notre connaissance, cette théorie n’a pas été directement testée sur des vêtements de compression, mais seulement sur des bandages de compression (13, 14).

Il a également été démontré que les vêtements de compression réduisent les oscillations musculaires lors d’activités dynamiques telles que le saut vertical (15, 16). Réduire les oscillations musculaires au cours de l’exercice est pensé pour réduire la fatigue musculaire et les dommages tissulaires.

 

Effet sur les réponses subjectives à l’effort

On croit souvent que les vêtements de compression peuvent avoir un effet psychologique positif (i.e. placebo) sur la performance et la récupération, en diminuant la perception des douleurs musculaires (RPE). Comme discuté précédemment, les effets des vêtements de compression sur les douleurs musculaires sont encore peu clairs. Cette méthode de récupération a également montré à plusieurs reprises avoir peu d’effet sur les évaluations de RPE au cours de divers protocoles de course et de sprint (7, 10, 16). Cela suggère que les vêtements de compression peuvent avoir un effet placebo faible, ou non significatif, sur la récupération.

 

Améliorer les performances

Les vêtements de compression sont portés pour améliorer la récupération chronique (entre les séances d’entraînement), mais aussi comme moyen d’amélioration de la récupération aiguë (pendant les séances d’entraînement). Une méta-analyse de 2013 a conclu qu’ils peuvent améliorer la récupération chronique de la force musculaire et de la puissance entre les séances d’entraînement (1). Cependant, il semble y avoir peu de preuves soutenant leur capacité à améliorer la récupération aiguë pendant les exercices de squat, de saut, de sprint et d’agilité (17, 18, 19, 20). Bien que les vêtements de compression n’améliorent peut-être pas la récupération aiguë pendant les séances d’entraînement, il est important de noter qu’aucun effet négatif sur les performances n’a été observé lors de leur port. Cela suggère que même si les vêtements de compression n’offrent aucun avantage supplémentaire de récupération, ils n’ont pas d’impact négatif sur la performance.

Les études scientifiques actuelles indiquent que les vêtements de compression améliorent :

  • La circulation sanguine locale,
  • L’élimination des toxines,
  • L’économie de course,
  • Réduisent l’inflammation
  • Diminuent les douleurs musculaires post-exercice sans avoir d’impact négatif sur la performance.

Cependant, il est important de souligner que la plupart des recherches actuelles comportent un grand nombre d’incohérences sur leurs protocoles et sont très peu présentes dans les revues scientifiques. Ainsi les informations doivent être considérées avec prudence.

 

Les problèmes rencontrés avec les vêtements de compression

Peut-être l’un des plus grands problèmes actuels avec les vêtements de compression est le dimensionnement et les pressions appliquées aux vêtements. Comme le produit est généralement appelé «vêtement de compression», il semble évident que l’effet de pressurisation du matériau est très important. Cependant, il y a une négligence importante sur le fait de mentionner le gradient de pression du vêtement. Pour un effet réel et optimal, le sur -mesure est incontournable. Le fabricant doit assurer des pressions au niveau de la cheville situées entre 20 et 25 mm de mercure avec une pression dégressive vers le haut de la jambe.

Parmi les documents de recherche qui mentionnent le gradient de pression, il existe de grandes variances entre ces gradients, ce qui rend extrêmement difficile le fait de tirer des conclusions précises. Dans l’état actuel des recherches, les gradients de pression typiques des vêtements de compression se situent entre 10-30 mmHg (millimètres de mercure), tandis que la pression artérielle diastolique normale est d’environ 80 mmHg (21). À la connaissance de l’auteur, il n’y a pas de gradient de pression évident pour optimiser la récupération.

 

La recherche future

Pour s’assurer des conclusions plus précises et plus pratiques concernant l’utilisation de vêtements de compression, il faut mener plus de recherches de qualité supérieure.

D’autres recherches devraient également se concentrer sur:

  • Les effets des vêtements de compression sur les mesures subjectives de la récupération
  • Les mécanismes sous-jacents responsables des améliorations de la récupération.
  • Divers gradients de pression et à plusieurs endroits anatomiques.
  • Les effets sur la population diversifiée (par exemple, les sexes, les jeunes, les personnes âgées, le niveau sportif).
  • La durée optimale pour porter des vêtements de compression après l’exercice.
  • L’utilité de porter des vêtements de compression pendant le sommeil après l’exercice.

 

Applications pratiques

Il semble que les vêtements de compression peuvent avoir un effet positif sur la récupération et la performance, bien qu’il existe un manque de connaissances sur le meilleur protocole pour utiliser ces produits. De plus, rien n’indique que les vêtements de compression aient un impact négatif sur la récupération ou la performance subséquente. En réponse, il est suggéré que les athlètes et les amateurs de fitness continuent à utiliser des vêtements de compression à la fois pendant et après l’exercice comme un outil supplémentaire pour améliorer les performances et optimiser la récupération.

 

Conclusion

Avec des recherches identifiant que les vêtements de compression peuvent améliorer :

  • la conscience articulaire,
  • le débit sanguin local,
  • l’élimination des déchets,
  • modifier l’utilisation d’oxygène sous-maximale durant l’exercice,
  • réduire l’inflammation,
  • réduire les oscillations musculaires
  • et diminuer les douleurs musculaires après l’effort,

ils restent un outil conseillé pour améliorer les performances et la récupération.

Cependant, il est important de reconnaître que le corpus actuel de recherches sur ce sujet est de faible qualité et criblé de grandes incohérences. Ce qui signifie que l’information doit être acceptée avec prudence.

 

 

 

 

Un article rédigé par :

Guillaume  – Docteur en Physiologie, Biomécanique & Sciences du Sport 

 

 

 

 

Références scientifiques :

  1. Hill, J., Howatson, G., van Someren, K., Leeder, J., and Pedlar, C. (2013). Compression garments and recovery from exercise-induced muscle damage: a meta-analysis. British Journal of Sports Medicine, 0, pp.1-7. [PubMed]
  2. Stauber WT, Clarkson PM, Fritz VK, et al. Extracellular matrix disruption and pain after eccentric muscle action. J Appl Physiol 1990;69:868–94. [PubMed]
  3. Smith L. Acute inflammation: the underlying mechanism in delayed onset muscle soreness? Med Sci Sports Exerc 1991;23:542–51. [PubMed]
  4. Connolly DAJ, Sayers SP, McHugh MP. Treatment and prevention of delayed onset muscle soreness. J Strength Cond Res 2003;17:197–208. [PubMed]
  5. Kraemer WJ, French DN, Spiering BA. Compression in the treatment of acute muscle injuries in sport. Int Sport Med J 2004;5:200–8. [PubMed]
  6. Clarkson PM, Sayers SP. Aetiology of exercise-induced muscle damage. J Appl Physiol 1999;24:234–48. [PubMed]
  7. Kraemer WJ, Bush JA, Wickham RB, et al. Influence of compression therapy on symptoms following soft tissue injury from maximal eccentric exercise. J Orthop Sport Phys 2001;31:282–90. [PubMed]
  8. Davies V, Thompson KG, Cooper SM. The effects of compression garments on recovery. J Strength Cond Res 2009;2:1786–94. [PubMed]
  9. French DN, Thompson KG, Garland SW, et al. The effects of contrast bathing and compression therapy of muscular performance. Med Sci Sports Exerc 2008;40:1297–306. [PubMed]
  10. Prasartwuth O, Taylor JL, Gandevia SC. Maximal force, voluntary activation and muscle soreness after eccentric damage to human elbow flexor muscles. J Physiol 2005;567:337–48. [PubMed]
  11. Duffield R, Cannon J, King M. The effects of compression garments on recovery of muscle performance following high-intensity sprint and plyometric exercise. J Sci Med Sport 2010;13:136–40. [PubMed]
  12. Bringard A, Perrey S, Belluye N. Aerobic energy cost and sensation responses during submaximal running exercise positive effects of wearing compression tights. Int J Sports Med 2006; 27 (5): 373-8. [PubMed]
  13. Barrack RL, Skinner HB, Buckley SL. Proprioception in the anterior cruciate deficient knee. Am J Sports Med 1989; 17: 1-6 [PubMed]
  14. Perlau R, Frank C, Fick G. The effect of elastic bandages on human knee proprioception in the uninjured population. Am J Sports Med 1996; 23 (2): 251-5 [PubMed]
  15. Doan BK, Kwon Y, Newton RU, et al. Evaluation of a lower-body compression garment. J Sport Sci 2003; 21 (8): 601-10 [PubMed]
  16. Kraemer WJ, Bush JA, Newton RU, et al. Influence of a compression garment on repetitive power output production before and after different types of muscle fatigue. Sports Med Training Rehabil 1998; 8 (2): 163-84 [PubMed]
  17. Kraemer WJ, Flanagan SD, Comstock BA, et al. Effects of a whole body compression garment on markers of recovery after a heavy resistance workout in men and women. J Strength Cond Res 2010;24:804–14. [PubMed]
  18. Ali A, Creasy RH, Edge JA. Physiological effects of wearing graduated compression stockings during running. Eur J Appl Physiol 2010; 109 (6): 1017-25 [PubMed]
  19. Duffield R, Edge J, Merrells R, et al. The effects of compression garments on intermittent exercise performance and recovery on consecutive days. Int J Sports Physiol Perform 2008; 3: 454-68 [PubMed]
  20. Davies V, Thompson KG, Cooper S-M. The effects of compression garments on recovery. J Strength Cond Res 2009; 23 (6): 1786-94 [PubMed]
  21. Wilcock, I.M., Cronin, J.B., and Hing, W.A., (2006). Physiological response to water immersion: A method of recovery? Sports Medicine, 36(9), pp.747-765. [PubMed]
  22. Comite Europeen de Normalisation. ENV 12718: Medical compression hosiery. Brussels: Comite Europeen de Normalisation, 2001
  23. Partsch H, Clark M, Bassez S, et al. Measurement of lower leg compression in vivo: recommendations for the performance of measurements of interface pressure and stiffness. Dermatol Surg 2006; 32 (2): 224-3 3 [PubMed]
  24. McRae, B.A., Cotter, J.D., and Laing, R.M. (2011). Compression Garments and Exercise: Garment Considerations, Physiology and Performance. Sports Medicine, 41 (10), pp.815-843. [PubMed]

 

 

 

 

You Run, We Care

Pour plus de conseils running & santé, rendez-vous sur votre application Running Care

Donnez votre avis